A Tours, 1 600 capitaines pour un Bateau

A Tours, 1 600 capitaines pour un Bateau

19.04.2017

logo_site_ohe2

"Au pied de la scène, deux hommes en costume dodelinent de la tête. Une brochette de quidams tout aussi silencieux se tient en surplomb, à la place des artistes. Ils observent avec émotion la salle et ses fauteuils rouges, l’oreille à l’affût d’un écho du passé. Le duo chic représente la Semivit, une société immobilière dont la ville de Tours (Indre-et-Loire) est actionnaire majoritaire, et actuelle propriétaire des murs. Les autres sont les acheteurs. Enfin, quelques-uns. Car en juin, le Bateau ivre, une salle de spectacle de 300 places, aura près de 1 600 capitaines. Les acquéreurs n’ont pas encore les clés, mais le compromis de vente a été signé en décembre.
(...)
Pour pallier le décrochage des pouvoirs publics et ne pas voir leur salle transformée «en Carrefour Market ou en projet immobilier», des Tourangeaux ont monté l’association Ohé du bateau. C’était en 2010, peu après la fermeture. Franck Mouget en est l’un des initiateurs. S’il fallait accrocher une figure à la proue, c’est sûrement lui qu’on choisirait. Jamais sans ses créoles aux oreilles ni son minuscule chien trimballé dans un sac à dos qu’il porte sur le ventre. Le collectif, qui n’a cessé de grossir au fil des années, est pour ce comédien un «nous extensible» en train d’inventer «une autre façon de financer la culture».
(...)
L’idée, celle d’un rachat participatif, n’était pas inédite, mais le succès de la souscription a érigé Ohé du bateau en exemple du genre. En octobre 2016, 500 sociétaires se sont déplacés pour l’assemblée générale qui a transformé l’association en Scic. La preuve d’une implication qui dépasse le simple geste caritatif. Dans deux amphithéâtres de la fac de lettres et de langues de Tours, ces citoyens brandissaient un carton tantôt vert, tantôt rouge pour s’exprimer sur les nombreux points à l’ordre du jour."
(...)

Lire la suite : www.liberation.fr