Les Scic, acteurs de territoires innovants et inclusifs ?

Les Scic, acteurs de territoires innovants et inclusifs ?

16.05.2017

picri

Après l’Agora des Scic le 18 novembre 2015, revoilà des Scic dans l’auditorium du Crédit coopératif à Nanterre pour une nouvelle séance d’échanges. Cette fois-ci c’est la clôture d’un programme de recherche sur les Scic mené conjointement par l’Institut de Recherche en Gestion (IRG) de l’Université Paris Est Marne La Vallée (UPEM) et la CG Scop qui a réuni plus de 40 participants le jeudi 11 mai 2017.

L’accueil chaleureux du Crédit coopératif est accompagné de l’introduction des chercheurs du PICRI et de l’UPEM comme de la CG Scop qui soulignent, tous, l’intérêt de ces travaux en recherche-action avec des praticiens de Scic. Les Scic sont devenues au fil des années un acteur incontournable des territoires, avec 627 Scic en activité au 31 décembre 2016. La recherche a mis en lumière ce qui nourrit la dynamique de toute Scic : l’animation du multisociétariat, la gestion d’un collectif hétéroclite et multiple autour d’un projet économique territorial.

La vitalité coopérative, la dynamique démocratique sont-elles à l’épreuve de la gestion ?

S’il n’est pas possible de répondre systématiquement positivement à cette question, les travaux et les témoignages des représentants des Scic mettent en lumière cette obligation de prendre en compte le pilotage du collectif comme un sujet de discussion et d’actions dans la Scic. La démocratie est une nécessité, pas un élément de principe. L’organisation de l’activité économique ne doit pas être déconnectée en somme du projet coopératif, celui-ci participant de fait à nourrir la viabilité économique.

Les associés réunis sont source d’inventivité et d’innovation par la mise en réseau ainsi effectuée.
Ils sont les premiers promoteurs de la Scic, et participent dans de nombreux cas à faire monter en gamme l’offre de service, comme en témoigne la Scic Savécom ou encore Urbancoop. Et pour se faire, l’accueil des sociétaires mais aussi leur formation sont indispensables, rappelle l’exemple d’Enercoop Languedoc-Roussillon.

Pour Hervé Defalvard, responsable de la Chaire ESS de l’UPEM, les Scic innovent socialement car elles produisent une création de valeur collective. Elles s’inscrivent en cela dans la logique des communs. L’intérêt individuel est reconfiguré en un intérêt collectif. Une collectivité associée d’une Scic peut ainsi voir sa posture évoluer au fil de son engagement. Tel en a été le cas à Versailles, avec la Scic Solidarité Versailles Grand Âge. Mme Bébin, la présidente, et élue de la ville de Versailles, présente une structure vecteur d’innovation sociale citoyenne.

Tous les témoignages confortent l’idée que la coopération produit des dynamiques originales, nouvelles qui viennent enrichir le projet économique. La manière dont les dirigeants ont d’amener à cette coopération est multiple, et prennent source dans une éducation populaire capable de mettre en capacité chacun-e au service d’un même but. L’émergence d’un lieu culturel comme l’espace Fleury Goutte d’Or Barbara à Paris rappelle l’importance de prendre le temps de son implantation.

Cette matinée aura elle-même poursuivi le travail de terrain mené par les chercheurs de l’IRG, entre autre Amina Bécheur, Pascal Château Terrisse. Une production de plus qui vient enrichir la réflexion sur ce qui fonde la pérennité d’une Scic, la solidité de son projet coopératif.
Les travaux ne s’arrêtent pas là, ils vont être prolongés et enrichis, en même temps que les outils d’accompagnement développés par la CG Scop pour aider les porteurs de projet et les Scic existantes à formaliser l’utilité du multisociétariat et à évaluer son animation au fil du temps.

En savoir plus sur la recherche : www.popess.fr

Organisateurs de l’évènement : l’Institut de Recherche en Gestion (IRG) de l’Université Paris Est Marne La Vallée (UPEM) et la Confédération Générale des Scop

Une recherche soutenue par la Région Île de France.